Amel Brahim-Djelloul

Après le violon, Amel Brahim-Djelloul étudie le chant, bénéficiant des enseignements de Abdelhamid Belferouni, Noëlle Barker, Frantz Petri, Peggy Bouveret et Malcolm Walker. Diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, elle participe au Jardin des Voix de William Christie en 2005 puis, en 2007, est nommée dans la catégorie “Révélation lyrique” aux Victoires de la Musique.

Son parcours lui a déjà donné l’occasion d’aborder sur des scènes prestigieuses plusieurs rôles majeurs de son répertoire, notamment le rôle-titre de Véronique de Messager. Elle travaille avec les plus grands chefs d’orchestre et metteurs en scène sur les scènes d’Europe, d’Algérie et d’Amérique du nord, telles que le Théâtre des Champs-Élysées, le Staatsoper de Berlin, La Monnaie à Bruxelles, le Grand Théâtre de Genève ou le Kennedy Center à Washington et le Lincoln Center de New-York.

Reconnue comme une personnalité musicale d’exception, appréciée pour la couleur de son timbre, Amel Brahim-Djelloul est régulièrement invitée par de nombreux orchestres symphoniques et ensembles – baroques ou contemporains – comme aux Chorégies d’Orange et à l’Opéra national de Paris. C’est là qu’elle a interprété Ninette dans L’Amour des Trois Oranges de Prokofiev et Suor Genovieffa dans Suor Angelica de Puccini avant d’être, cette saison, la Princesse dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel.

Par ailleurs, Amel Brahim-Djelloul se produit régulièrement en récital avec le pianiste Nicolas Jouve et l’ensemble Amedyez. Elle participe aussi à des événements destinés à faire découvrir la musique classique au grand public comme le concert des deux rives à Strasbourg ou le festival Violon sur le Sable sur les plages de Royan devant 40 000 spectateurs par concert.

Fière de ses origines, soucieuse de les défendre, Amel Brahim-Djelloul a élaboré le programme de son premier disque (label AmeSon) sur le thème des 1001 nuits, unanimement reçu par la presse. Son deuxième disque Amel chante la Méditerranée propose des pièces du patrimoine arabo-andalou – adaptées par son frère Rachid Brahim-Djelloul, violoniste et musicologue – qu’elle interprète avec lui et l’ensemble Amedyez.

Des airs lyriques aux chants symphoniques, une relation particulière s’est créée entre Amel Brahim-Djelloul, l’Orchestre Pasdeloup et Wolfgang Doerner. L’Orchestre Pasdeloup a notamment conçu avec Amel Brahim-Djelloul, Gilles Apap, Rachid Brahim-Djelloul et l’ensemble Amedyez un programme autour de Shéhérazade de Rimski-Korsakov et d’airs arabo-andalous. Cette relation privilégiée permet aujourd’hui d’interpréter les Chants d’Auvergne de Joseph Canteloube, véritables raretés lyriques.