Amanda Favier


Amanda Favier est la plus jeune lauréate du Concours International J.S Bach de Leipzig.

Talent précoce, on la remarque à neuf ans dans son premier concerto en soliste et à treize sur les bancs du CNSM de Paris dans la classe de Gérard Poulet. Premier Prix de violon et  Diplôme de Formation Supérieure mention Très Bien en poche, elle suit un Cycle de Perfectionnement parisien avant de parcourir l’Europe, enrichissant sa palette au contact du slovène Igor Ozim puis du regretté Sir Ifrah Neaman.

Ce métissage culturel fait d’elle une musicienne complète, qui, rapidement, va glaner de multiples récompenses internationales. Dès lors, ses voyages l’emmènent dans des salles prestigieuses (Gewandhaus de Leipzig, Concertgebow d’Amsterdam, salle Gaveau) dans toute l’Europe, l’Amérique du Sud et l’Asie.

Chambriste recherchée, elle partage la musique avec des partenaires tels que : P. Amoyal, T. Adamopoulos, P. Muller, G. Sharon, V. Mendelssohn, H. Joulain, C. Tiberghien, A. Queffelec, V. Aimard, F. Salque, E. Bertrand, P. Amoyel …

Son travail vient d’être récompensé par le Prix Forthuny de l’Académie des Beaux-Arts.

Plusieurs fondations l’ont soutenue dont la Banque-Populaire qui lui permet, entre autres, l’enregistrement de son disque avec C. Tibergien (Lyrinx, sonates de Janacêk-Strauss).

Passionnée du spectacle vivant sous toutes ses formes, elle crée cette année « Du rouge à l’âme », un concert-spectacle de violon seul.

L’ADAMI, dont elle est révélation 2004, lui décerne cette année sa plus belle récompense : le prêt pour deux ans de son prestigieux violon vénitien, un Bellosio de 1756.