Amel Brahim Djelloul

 

Amel Brahim-Djelloul commence le chant à Alger en 1995 dans la classe d’Abdelhamid Belferouni et poursuit sa formation auprès de Frantz Petri à l’ENM de Montreuil, puis de Peggy Bouveret au Conservatoire national supérieur de Musique et de Danse de Paris, où elle obtient en 2004 un Prix mention Très Bien avec félicitations du jury.

Elle fait ses débuts sur scène en 2002 dans le rôle de Pamina dans Zauberflöte sous la direction d’Alain Altinoglu dans une production de Lukas Hemleb puis on l’entend dans Didon et Enée de Purcell (Didon) sous la direction de Stephen Stubbs. En 2003 elle apparaît dans une production de Fairy Queen mise en scène par Ludovic Lagarde et dirigée par Richard Egarr. Cette même année elle reprend le rôle de Pamina avec l’Orchestre national d’Ile de France.

Au cours de l’été 2004 elle est invitée par le Innsbrucker Festwochen der alten Musik pour une nouvelle production de Giulio Cesare de Sartorio (Sesto) et en octobre 2004 elle participe à la nouvelle production de Incoronazione di Popea (Amore/Valetto) au Théâtre des Champs Elysées mise en scène par David Mc Vicar et dirigée par René Jacobs. En mars 2005 elle participe également à la tournée mondiale du Jardin des Voix avec William Chriatie.

Amel Brahim-Djelloul mène également une carrière de récitaliste avec Claude Lavoix, Anne le Bozec et Anne Barrère et de concertiste. Elle a récemment chanté le Requiem de Fauré avec l’Orchestre du Capitole de Toulouse et on l’entendra en janvier 2006 avec l’Orchestre Pasdeloup dans la Symphonie n°4 de Malher.

Amel Brahim-Djelloul reprendra prochainement la production de Incoronazione di Popea au Deutsche Staatsoper de Berlin, à la Monnaie de Bruxelles, on l’entendra également dans Nozze di Figaro à Avignon, dans une nouvelle production de Venus et Adonis à Nancy sous la direction de Christophe Rousset ainsi que dans une nouvelle production de Pelléas et Mélisande au Théâtre des Champs Elysées sous la direction de Bernard Haitink.